PLUS DE PHOTOS

La mémoire et la peau
Installation
Maison du peuple, Pierre-Bénite
2008, Calque
panneaux de 1,50 m x 1,50 m et 2,50 m x 2,50 m
d
d
d

b édit photographique : Barbora kaššovicová, kassovicova.barbora@gmail.co

RETOUR

 




La série, composée de panneaux de carrés calque sur calque, est intitulée « La mémoire et la peau ». La peau comme une autre matière, une trace de vie, avec tous ses plis et toutes ses couches. Peau d’homme, peau d’âme, peau du monde… Peau de peinture également, tant Marcelle Benhamou jubile à travailler sur une base de photographies abstraites prises en rafales dans la rue, ces calques qu’elle chiffonne, tanne, tatoue, ajoutant l’or, l’argent et le pigment, comme un maquillage précieux sur une matière brute. Et là, surgit la transparence. Peau diaphane, peau vitrail, pour suspendre le temps et apprécier de vivre, de rester matière.
Stani Chaine

C'est notre vêture-parchemin où le temps s'écrit, se grave et se durcit, et puis se brouille, et à la fin s'efface.
Notre vêture-palimpseste toujours déjà écrite en son revers.
Notre vêture-écritoire où les encres du passé et du présent en marche confluent secrètement, se contrariant ou s'allégeant.
C'est notre peau, mince comme l'instant, épaisse comme la mémoire, pareille à un ciel marin qui change incessamment de nuance, passant de la luminosité à l'obscurité.
Notre vêture de gloire et de désastre.
Sylvie Germain

Il y eut l'explosion de gaz, l'expulsion, le périmètre de sécurité, l'immeuble fut déclaré en péril, mon atelier était en péril
Plus tard, nous pûmes rentrer prendre des objets de première nécessité.
Accompagnée d'un pompier, un casque de chantier sur la tête, j'emballe précipitamment les papillons, roule dans un drap microfilms et calques, dehors il fait froid, et il pleut.
Dans mon antre de fortune, j'ai accroché au mur un grand calque, je me suis couchée, et je l'ai regardé longtemps
Il me raconta les pigments, l'odeur de l'atelier l'acrylique, le bruit du calque qui se déchire.
Par lui, je me souvins de chaque pigment posé, du papier qui se tord, de l'acrylique qui coule.
Il me rappelait à moi même, il fut ma mémoire et ma peau.
Marcellie Benhamou, Explosion de gaz Lyon, 28 févr 08